Entretien avec Christophe Guyard

Question : Comment le timbre de l’instrument influe sur la composition et les intentions du compositeur vis—à-vis de la composition? (dans la situation des pièces pour soliste)
Christophe Guyard : Le choix de l’instrumentation est souvent dans mes œuvres liée à mon inspiration ou l’émotion que je veux faire ressentir dans la pièce. Aussi, je peux choisir certains instruments car je les pratique ou car certains amis les pratiquent.

Q. : À quelle hauteur la nature d’une formation instrumentale (nombre, composition) influe sur la manière de transmettre les intentions du compositeur? (contrapuntique/harmonique, tempo…)
C. : Certains instruments ont d’office une image, parfois donnée par le cinéma. (ex : Disney).
Le contrepoint, quand à lui, est intellectuel et n’a pas une grande influence sur les émotions.
Q. : En tant que compositeur, quelles sont les principales émotions que vous cherchez à transmettre?
C. : La musique peut transmettre toutes les émotions. Le compositeur, en revanche, transmettra l'émotion qu'il a lors de la composition de la pièce musicale. Mais on ne peut jamais être totalement sûr de la réaction des auditeurs ; tout dépend d’un contexte et de la mémoire des auditeurs. Si on fait écouter une musique joyeuse à quelqu'un mais qu'elle lui rappelle un souvenir triste ou qu'un événement important s'est passé avant l'écoute d'une musique, l'auditeur sera tellement préoccupé par cet événement qu'il ne ressentira pas la même émotion que ce que le compositeur veut transmettre : Ex : Concert 12 septembre 2001, après les attentats —> concert, mais tout le monde était tellement préoccupé que personne n'écoutait.
Q. : Quelles sont les procédés que vous utilisez pour véhiculer ces émotions dans votre musique ?
C. : Je manipule le vocabulaire musical. Cette manipulation, cet enchaînement de briques musicales permet de donner n'importe quelle émotion à chacun, et ce à n'importe quel âge. Ex : les bébés.
Certains procédés d’écriture qui ont une grande influence sur les émotions :
- La pulsation : c’est la mère de toute les émotions
- La structure de la phrase : avec Debussy, on ne peut pas savoir où il nous emmène / Stravinsky casse des portions de structure
- La dynamique (= forte/piano)
- Les signaux : surprendre par des choses simples (analogie : lors d’un geste brusque, on a une réaction) / Chopin joue sur les sentiments donc plus sur les couleurs mais peu sur les signaux.
Pourquoi on adhère à certains auteurs : ceux-ci nous apportent ce que l’on aime ressentir et retransmettre.
Q. : Pour vous, quelle importance à la formation instrumentale dans la musique ?
C. : Pour moi, l’œuvre est indépendante de la formation instrumentale. Malgré le fait que certains instruments donnent une certaine émotion ex : le violoncelle. Certains compositeurs comme Ravel recherchent une formation « parfaite » mais la plupart du temps il s'agit d’œuvres de commande ; la formation est donc imposée.
Q. : Quelle est l'importance de la musique dans la société ?
C. :  La musique est immatérielle mais très liée à l'économie (publicité, cinéma, commerce, détente, sport, etc.) Elle à donc un très gros impact sur la société. Pourtant, il y a des injustices ex : la part de salaire pour un musicien qui fait la musique d'un film est de 20 % alors qu'un film est de l'image et du son (50/50 serait logique)