La musique comme arme de guerre

La musique a de nombreuses facultés, et malheureusement toutes ne sont pas positives : car la musique peut aussi être utilisée comme une arme de guerre.

À l’époque romaine, par exemple, des instrumentistes étaient employés pour jouer durant les combats lors des guerres, si bien que des instruments de musique ont étés conçus pour cet usage, comme par exemple la tuba ou buccin, une sorte de trompette sans pistons. Ceux-ci étaient associés à des divinités de la religion païenne telles que Mars ou Minerve. Les romains n’étaient pas les seuls à avoir des musiciens dans l’armée, les armées grecques, perses et égyptiennes en contenaient également, mais à la différence de l’armée romaine, la musique était accompagnée par des percussions ; il n’y avait que des cuivres dans l’armée romaine qui permettaient de donner du courage aux soldats et les empêcher d’abandonner le combat.

La musique à de nombreuses fois été utilisée dans le but de donner du courage au troupes, et cela s’est beaucoup développé au XXème siècle grâce à l’arrivée des haut-parleurs. Prenons la symphonie « Stalingrad » de Dmitri Chostakovitch. Composée en 1941 en réaction à l’invasion Allemande de l’URSS durant la seconde guerre mondiale, celle-ci à été transmise sur des haut-parleurs durant les combats. Les allemands essayèrent alors sans succès d’arrêter l’émission de cette symphonie qui deviendra alors le symbole de la résistance russe contre le nazisme1. On peut aussi voir d’autres exemples notables de musiques utilisées pour encourager les soldats, tels que la « Chevauchée des Walkyries » de Richard Wagner, utilisée par les Nazis avant leurs offensives. Cette pièce à par ailleurs été utilisée dans une scène du film « Apocalypse Now » de Francis Ford Coppola. Cette scène montre le bombardement de villages Viêtnamiens par les Américains lors de la guerre du Vietnam. Évidemment, Coppola n’a pas choisi cette pièce au hasard. « Apocalypse Now » est le premier film américain critiquant la guerre et l’armée, et le fait d’utiliser la musique employée par les nazis pour montrer les offensives américaines ramène presque les américains au même niveau que les nazis, du fait de la cruauté de leurs actions lors de cette guerre. On peut aussi voir que la musique enivre les soldats et les emporte dans une sorte de folie.

 La chevauchée des Walkyries

C’est lors de cette même guerre que la musique et le son sont pour la première fois utilisés comme des instruments de combat. En effet, dans les années 1960, la CIA fait des études sur la torture psychologique pour les interrogatoires. Ces études montrent que certaines pièces musicales modifient le comportement et peuvent même harceler.

Un autre exemple notable est lors de la guerre du Panama : en 1989, pour déloger le général panaméen Manuel Noriega de la nonciature apostolique de Holy See et l’obliger à se rendre, l’armée américaine envoie des pièces musicales de styles hard rock telles que « I Faught The Law » du groupe The Clash en boucle. Noriega finit finalement par se rendre au bout de 10 jours.

 I Faught The Law – The Clash

Un épisode semblable s’est également passé récemment en Corée. Les dirigeants de la Corée du Nord ne voulaient pas s’excuser de blessures provoquées à des soldats sud-coréens par l’explosion de mines antipersonnel. Pour obliger les dirigeants nord-coréens à s’excuser et riposter contre leur propagande incessante, les Sud-Coréens décident de diffuser en continu des hits de k-pop (pop-musique coréenne), tels que « Bang Bang Bang » du groupe Big Bang. Au bout de deux semaines d’émission ininterrompue, la Corée du Nord décide de s’excuser à son adversaire qui stoppe l’émission de musique.

 Bang Bang Bang – BIGBANG

La musique peut même être utilisée comme torture : dans la prison de Guantanamo, des musiques répétitives comme du hip-hop sont répétées en boucle et en continu lors des interrogatoires. Le heavy metal est aussi utilisé car il comporte des sons aigus stridents et de nombreux accords de guitare distordus. Un exemple de musique utilisée pour la torture est La meow mix song.2 Il s’agit au départ d’une musique publicitaire vantant les goûts de croquettes pour chats, dans laquelle un chat chante une mélodie grâce à ses miaulements. Cette pièce est très efficace puisque déjà la mélodie est répétitive : la suite do-si-la-sol est répétée deux fois, puis répétée deux autres fois avec un ré à la place du do. De plus, le timbre de la voix du chat est toujours le même puisque les concepteurs de la musique ont utilisé qu’un seul miaulement, auquel ils ont changé la hauteur pour donner l’impression que le chat chante.

La Meow Mix Song

  1.  « Musicus Politicus », Des chants guerriers aux armes sonores : la musique comme arme de guerre, France Musique, 3/01/2016, Christophe Bourseiller
  2. The Torture Playlist