Jusqu’au cerveau

Les influx nerveux sont transmis au nerf auditif, qui va les amener aux centres auditifs du cerveau par le tronc cérébral : les décharges nerveuses passent par le nerf cochléaire avant d’arriver dans le noyau cochléaire qui commence à déchiffrer le son : il permet de définir son type (cri, alarme, paroles…) puis dans le thalamus où il se fait un important travail d’intégration (préparation d’une réponse motrice, vocale par exemple). Enfin, les influx sont transmis au lobe temporal, partie du cerveau responsable de l’audition, de la mémoire et du goût, et plus précisément au cortex auditif qui va recevoir un message déjà en partie décodé par le noyau cochléaire et les neurones du thalamus, et va pouvoir le reconnaître voire le mémoriser. Enfin, il peut donner un ordre d’importance aux différents sons qu’il perçoit, d’où l’impression de brouhaha que l’on peut ressentir dans un espace très bruyant par exemple.

chemin du message nerveux
schéma du trajet du message cochléaire jusqu’au cerveau
zones neurones et connexion capture légendée
cerveau d’encéphale au MO x 100
cortex et connexions légendée FINALE
cortex au MO x600

Le cortex est la zone périphérique du cerveau, il est aussi appelé matière grise. Entre les différentes zones du cerveau comportant les corps cellulaires, il y a la « matière blanche ». Celle-ci est essentiellement composée des prolongement des cellules nerveuses, qui sont recouvertes d’une substance appelée myéline dont la fonction est d’accélérer l’influx nerveux.

Le cerveau permet la coordination entre les deux oreilles. C’est lui qui va situer le son dans l’espace, lui qui reconnaît un instrument de musique ou une personne précise, ainsi que la situation dans l’espace de la source d’où provient le son.